LE RISE-FESTIVAL FRANCE 2020

10 Ans de Festival

L’édition 2020 du Rise-Festival France prend une saveur particulière. Il y a tout juste dix ans, la société néo-zélandaise « Gin Clear Media », organisatrice du tout premier festival au monde regroupant des films de pêche à la mouche, répondait à un e-mail auvergnat traduit dans un

anglais aussi aventureux et maladroit que l’objet du message. Depuis quatre ans, Nick Reygaert développait un concept qui allait faire des émules dans le monde entier : rassembler les plus beaux films de pêche à la mouche pour organiser une projection cinématographique.

La motivation première pour la petite équipe d’organisation de l’époque (le Club Mouche de la Haute Vallée de la Loire) était de promouvoir l’esprit « mouche », une manière respectueuse d’aborder la rivière et le poisson, une sensibilité à fleur de peau pour l’eau et tout ce qui entoure la rivière, le tout dans une notion de partage et de convivialité. L’idée première était donc de sensibiliser, voire d’éduquer, au travers d’images des plus belles rivières et des plus beaux poissons du monde, dans l’espoir utopique que nos rivières préférées puissent un jour retrouver leur lustre d’antan.

Le Puy-en-Velay allait donc connaître la toute première projection en France du Rise Festival. Près de 250 spectateurs emplirent la salle de cinéma à la plus grande surprise et des bénévoles et… de la Nouvelle Zélande. Malgré une programmation cent pour cent anglophone en version originale, l’enthousiasme à la sortie poussa la petite équipe de bénévoles à renouveler l’expérience l’année suivante avec trois dates (Le Puy-en-Velay, Pau et Caen grâce aux fédérations des départements respectifs). Le Festival, en même temps qu’il se construisait une petite dimension nationale, prenait aussi une place de plus en plus envahissante pour les membres du club dont les aspirations de départ étaient légitimement bien éloignées.

Après trois ans portés par de valeureux bénévoles, qui continuent de se retrouver année après année dans la salle de cinéma du Puy-en-Velay pour le désormais traditionnel « Rise », les cinq années qui suivirent s’orientèrent vers un développement croissant du nombre de projections. La gestion de l’organisation fut alors déléguée en partie à deux sociétés prestataires. Le « Rise » allait progressivement obtenir une reconnaissance nationale grâce à la mise en place de partenariats que seule une gestion à temps plein sur les mois précédant les projections pouvait permettre. Mais l’épilogue de ces cinq années fut difficile à gérer suite à un éloignement progressif des motivations premières et à une vision malheureusement trop commerciale mettant en péril l’existence même du Festival. 

L’an dernier, pour la neuvième édition du Rise, l’organisation relevait ainsi d’un challenge et d’un retour aux sources (sans jeu de mot pour des pêcheurs). Les fondements associatifs furent repris et une toute nouvelle équipe de bénévoles, unis par les mêmes idéaux (protéger en sensibilisant) et les mêmes passions (la pêche à la mouche et l’image), insuffla un air salutaire redonnant de solides bases à un évènement qui a cette année par exemple,

franchi les frontières belge et suisse. L’édition 2019 a ainsi été marquée par deux éléments qui devraient contribuer à pérenniser l’évènement : l’organisation expérimentale d’une projection à destination d’un public scolaire et le reversement d’une partie des bénéfices dans le financement de productions françaises.

Le Rise, même si nous en avions la conviction, s’est ainsi révélé être un

support éducatif de premier plan en termes de sensibilisation à l’eau et à ses habitants en même temps qu’un puissant révélateur des répercussions de nos modes de consommation.

Conjointement, le Rise est aussi devenu une plateforme de diffusion de premier plan pour tous les créateurs passionnés d’images et de pêche.

Nous ne pouvons qu’exprimer notre plus profonde gratitude à toutes celles et ceux qui ont participé à cette passionnante évolution et à cette belle reconnaissance.

Toute l’équipe d’organisation du Rise Festival France se joint donc à moi pour vous convier à souffler tous ensemble ses dix bougies !

Pierre MONATTE