Ami(e)s festivalier(e)s,

L’édition 2020 du Rise Festival s’est malheureusement terminée de manière impromptue ce Vendredi 13. Les superstitieux y verront peut-être un signe du destin, les pêcheurs une queue de poisson, et les écologistes, au sens scientifique du terme, imagineront certainement un régulateur naturel d’une humanité insouciante et à la démographie galopante, impactant irrémédiablement les milieux naturels auxquels nous sommes si attachés.

L’accélération brutale des mesures logiques à appliquer afin de ralentir la propagation du « Covid-19 », nous ont obligé à annuler la date en Belgique et la dernière date de la tournée prévue à Vinon-sur-Verdon dans le Var. Le virus de la pêche n’a malheureusement pas fait le poids face au virus mondial, ultra médiatisé.

L’ambiance des dernières projections s’est empreinte de l’atmosphère quelque peu surréaliste des évènements. Beaucoup n’ont pas réservé ou n’ont pas honoré leur réservation. La conséquence en termes d’affluence était inévitable pour notre organisation mais nous tenons à remercier tous les acteurs de cette superbe dixième édition.

En premier lieu, vous, spectateurs, fidèles ou nouveaux qui, par votre présence et votre soutien, allez participer directement, cette année encore, au financement de productions françaises ou francophones. En effet, même si l’affluence a été impactée, vous avez été très exactement 2051 spectateurs et spectatrices, et notre choix de reverser une bonne part des bénéfices de ces entrées dans le financement de productions cinématographiques qualitatives sera renouvelé en 2021.

Nous ne pouvons que remercier à nouveau vivement tous les acteurs locaux qui nous soutiennent et qui participent, activement, au succès de l’évènement. Ce sont eux qui sont à l’organisation de l’accueil et de l’encadrement, le plus souvent à grand renfort de produits locaux, et qui font du Festival beaucoup plus qu’une simple projection de film de pêche à la mouche.

Un immense merci également à tous nos partenaires privés qui, en assumant une part non négligeable de tous les frais liés à l’organisation du Festival, nous permettent de continuer l’aventure.

Devaux, Field & Fish, Fish & trip, PLC Pêche, Planet Fly Fishing, le Lac de Malaguet, le Domaine de Veirières et Caleri Flyfishing. Merci à eux.

Sans eux, sponsors et organisateurs locaux, pas de festival…

Sur le plan qualitatif, la sélection de cette année a marqué les esprits et les retours enthousiastes ou les encouragements sont un moteur indispensable à notre petite équipe d’organisation. Cette sélection rigoureuse se veut un équilibre entre rêve, voyage, découverte, poésie, philosophie. Cette sélection est aussi guidée par un fil rouge : le Festival se veut être la vitrine d’une passion et d’un art respectueux.

Les notions de respect des milieux naturels, en particulier aquatiques, et des espèces qui les peuplent constituent les fondements de notre implication et nous ont conduits à animer cette année deux projections gratuites, l’une à destination de collégiens d’Aubenas grâce à la Fédération de Pêche d’Ardèche et l’autre au Puy-en-Velay grâce au soutien du Conseil départemental de Haute-Loire. L’engouement et la curiosité de gamins, de plus en plus coupés de leur environnement naturel, sont devenus un puissant outil de motivation pour notre organisation.

Sensibiliser et éduquer en faisant rêver n’est possible que grâce au talent des cinéastes. Un immense merci à Greg Dolet et Geoffrey Macé pour le film « Thyrorus », au Fario Club International et Philippe Laforge pour le film « Les Sentinelles au chevet des rivières », à Fabrice Bergues et Alvaro Santillan pour le film « Gaula », à Fabrice Michaudeau pour le film « Blanc », à Martin Carre pour le film « Boat-pass ».

Enfin, il serait malvenu de se remercier soi-même mais l’association PM Production repose sur l’implication de cinq personnes : Pierre Portmann, Jean-Baptiste Faure, Sébastien Carlet, Steeve Colin et moi-même. L’association, en plus d’organiser le Rise Festival en France, en Suisse et en Belgique et de financer trois des films cités ci-dessus, a produit deux des films français de cette dixième sélection : ADN et Transmission.

Toute l’équipe vous dit à l’année prochaine, avec la même motivation et le même engouement de notre côté, avec l’ambition d’ouvrir le festival au plus grand nombre : rien ne vaut un beau film pour transmettre nos convictions.

Pierre M.

Catégories : Non classé

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *